« La Mission Locale une adresse pour les jeunes »

0
65
Success Stories through Magnifying Glass. Officeman Holds Out a Paper with Concept. Closeup View. Multicolor Doodle Style Illustration.

Il y a quelques semaines, nous avons rencontré Pape. Ce jeune homme de 22 ans venu tout droit de Paris en juillet 2017, est arrivé sur la Côte d’Azur avec la perspective de percer dans le milieu du football. Sans famille, sans logement, sans travail, il a poussé la porte de la Mission Locale de Cannes Pays de Lérins dès son arrivée. Il nous raconte son parcours et ce que la Milo lui a apporté. Rencontre

La MILO : Bonjour peux-tu te présenter ?

Pape : Bonjour je m’appelle Pape, j’ai 22 ans, j’ai un bac pro en Électrotechnique. Je viens du Nord, de Paris exactement. Ne connaissant personne sur la Côte, je me suis rapproché dès mon arrivée de la Mission Locale afin de trouver de trouver un emploi et des informations pour me loger.

La MILO : Quel a été ton parcours depuis ton inscription ? En quoi la Mission Locale a contribué dans ta recherche d’emploi ou de formation ?

Pape : Dès mon arrivée, ma conseillère m’a pris en charge afin de faciliter mon insertion dans le milieu professionnel. Mon CV a été transmis à différentes agences d’intérim, dans lesquelles j’ai effectué différentes missions. Puis en 2018, Anne, ma conseillère, m’a inscrite dans le dispositif Garantie Jeunes, ce qui m’a facilité l’accès au logement. J’ai ainsi emménagé au logis des Jeunes travailleurs de Cannes.

La MILO :  Quel atout t’a apporté la garantie Jeunes, en plus du suivi personnalisé de ta conseillère ?

Pape : ce dispositif nous forme à entrer dans le monde professionnel et à accéder à un emploi. Il y a des ateliers, des visites entreprises, des stages…, grâce à cela, j’ai pu découvrir de nouvelles choses, de nouveaux métiers. Il faut savoir que lorsque l’on intègre la Garantie Jeunes nous devons entreprendre des démarches pour rester dans ce dispositif. Le jeune est vraiment poussé vers l’emploi.

Moi, j’ai préféré durant cette période travailler en intérim, j’ai ainsi effectué des missions dans le secteur de la restauration et de l’électricité.

La MILO : Suite à tes expériences en agences d’intérim où en es-tu actuellement ?

Pape :  Je considère que l’intérim est une branche importante qu’il ne faut pas mettre de côté. Par expérience je peux dire qu’une majorité des boîtes proposent des CDD ou CDI aux intérimaires suite aux missions. A ce jour je travaille en CDI dans l’électricité suite à une mission d’intérim.

La MILO :  Pour travailler dans cette branche, as-tu suivi des formations au cours de ton parcours au sein de la Mission Locale ?

Pape :  Non, mais Mission Locale m’a mis en contact avec Randstad, une boîte d’intérim, qui m’a proposé une formation en conducteur de machine automatisée en industrie. A peine la formation terminée j’ai été « harcelé » par les employeurs pour du boulot (rires). Le vendredi je terminais la formation, le lundi j’avais du travail.

La MILO :  Suite à ton parcours recommanderais-tu la Mission Locale ?

Pape : La Mission Locale est indispensable, elle ouvre des portes aux jeunes pour intégrer le monde professionnel. C’est un endroit qui accueille les jeunes à bras ouverts et leur permet de rencontrer les entreprises sans avoir à se déplacer. Lorsque je rencontre un jeune en difficulté, je n’hésite pas à lui dire « va voir la Mission Locale ! ».